Anthroposophie

En accord avec la médecine moderne

Précisons que la médecine anthroposophique se situe dans la continuité de la médecine classique et ne rejette en aucune manière les fondements scientifiques de la médecine actuelle. Les médecins anthroposophes sont d’abord et avant tout des médecins dûment formés et autorisés à pratiquer leur profession suivant les règles en cours dans nos sociétés modernes. Leur formation anthroposophique arrive en complément de la formation médicale scientifique classique.

L’anthroposophie entend cependant élargir la pratique médicale en y introduisant des éléments d’ordre spirituel. Dans leur démarche thérapeutique, les médecins anthroposophes vont au-delà du corps physique. Ils voient leur patient comme un tout complexe et considèrent que pour le traiter adéquatement, il faut impérativement tenir compte de ses multiples dimensions : émotions, esprit, caractère, histoire passée, particularités physiques, éducation, milieu de vie, aspirations, etc. Il s’agit d’une approche médicale profondément holistique.

Les parties de l’être

Selon l’anthroposophie, l’être humain est constitué de 4 éléments, ou corps, à la fois différents et indissociables : le corps physique, le corps éthérique (les forces de vie), le corps astral (sentiments et sensations), et le moi ou corps égotique. Ce dernier correspond à l’esprit conscient, à la force d’ordonner, de conduire et de donner forme. La maladie serait issue de déséquilibres entre ces 4 constituants de l’être humain.

Les anthroposophes conçoivent le corps physique suivant 3 systèmes physiologiques qui sont constamment en relation dynamique les uns avec les autres :

  • Le système neurosensoriel est le principal agent des perceptions sensibles et des facultés de représentation. Il s’apparente à la pensée.
  • Le système métabolique (nutrition-digestion-assimilation-excrétion…) constitue le fondement physiologique de la vie et permet l’action. Il s’apparente à la volonté.
  • Le système respiratoire-circulatoire (sang-coeur-poumons) fait le pont entre ces 2 pôles et les maintient en équilibre. Il s’apparente aux sentiments.

Le médecin anthroposophe fonde en grande partie son diagnostic sur l’observation de ces déséquilibres. Pour bien les déceler, il recueille le plus de détails possible sur le passé de la personne et il utilise des examens classiques ainsi que son sens de l’observation et son intuition.

Demandez nous conseil sur les produits Weleda

Les commentaires sont clos.